toc-syndrome-tourette.jpg

TOC et syndrome de Tourette

Le syndrome Gilles de la Tourette, du nom du médecin qui l’a décrit en 1885, est une maladie caractérisée par la présence de tics. Son association avec les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) est bien connue. En effet, les TOC concernent un patient atteint du syndrome de Tourette sur deux.

 

Le syndrome de Tourette : un trouble spectaculaire
 

Le syndrome de Tourette apparaît dans l’enfance ou l’adolescence. Il est caractérisé par la présence de tics qui peuvent être de 2 sortes :

  • Des tics moteurs : par exemple des grimaces, haussements des épaules, mouvements brusques ou besoin de toucher, sentir des objets… ou encore l’imitation des mouvements d’une personne (échopraxie) ou la pratique de gestes obscènes (copropaxie) ;

  • Des tics vocaux : par exemple des grognements répétitifs, toussotements, cris… ou encore la répétition des paroles de l’interlocuteur (écholalie) ou de ses propres mots (palilalie), ou l’utilisation d’un langage grossier (coprolalie).

 

À savoir :

 

La coprolalie est une des manifestations les plus « spectaculaires » et les plus connues de la maladie ; elle peut cependant ne pas être présente. La Marquise de Dampierre, une patiente étudiée par le Dr Gilles de la Tourette, souffrait de coprolalie. Elle vécut jusqu’à 85 ans avec ses tics.

Ces tics apparaissent dans le jeune âge. Ils peuvent être transitoires ou chroniques (lorsqu’ils durent plus d’une année). Les tics résultent d’altération de structures cérébrales spécifiques (les ganglions de base), mais la cause véritable n’est pas connue. Cependant, étant donné qu’un terrain familial (plusieurs malades dans la même famille) a été rapporté, on suspecte une origine génétique.

Dans la majorité des cas, les tics régressent à l’âge adulte.

Lire aussi – TDAH ou Trouble du Déficit de l’Attention avec/sans Hyperactivité

TOC et syndrome de Tourette : une comorbidité fréquente

Les Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC) sont caractérisés par la présence d’obsessions (pensées intrusives et involontaires, génératrices d’anxiété) et/ou de compulsions (comportements répétitifs visant à calmer l’anxiété).

La comorbidité entre TOC et syndrome de Gilles de la Tourette est bien connue.

À savoir !

 

On parle de comorbidité lorsque deux ou plusieurs maladies sont présentes ensemble chez le même sujet, soit qu’elles aient la même origine, soit que l’une entraîne l’autre, ou soit que leur présence conjointe soit le fruit du hasard. La comorbidité est fréquente en psychiatrie.

Des études ont montré que :

  • 40 à 60 % des malades atteints du syndrome de Tourette présentent également un TOC ;

  • 5 à 10 % des personnes diagnostiquées avec un TOC souffrent aussi d’un syndrome de Tourette.

Les deux maladies présentent d’ailleurs des similitudes : l’apparition des symptômes dans l’enfance et la production de séquences répétitives difficilement contrôlables.

Selon les chercheurs, la comorbidité entre TOC et syndrome de Tourette ne serait pas fortuite ; une base génétique commune est suspectée. En effet, le risque pour un enfant de développer un TOC est plus important lorsque l’un des parents souffre du syndrome de Tourette. Et vice versa.