unnamed-1.jpg

Hypnose ericksonienne

L’hypnose ericksonienne représente un outil dont les applications peuvent être thérapeutiques, sans s’y limiter. Dans cette perspective, en tant qu’outil thérapeutique, l’hypnose participe d’une démarche d’accompagnement.

Le cadre de référence de l’accompagnant, c’est-à-dire le modèle sur lequel il s’appuie, est primordial : en effet, un modèle représente l’application concrète d’une théorie. Il aide le thérapeute à organiser sa pensée, son dispositif, ses interventions.

L’hypnose ericksonienne s’inscrit dans le courant et le modèle humaniste.

 

Elle est fondée sur l’écoute profonde du patient ainsi que sur l’harmonisation relationnelle. D’après Milton H. Erickson : « l’hypnose c’est la relation pleine de vie qui a lieu dans une personne et qui est suscitée par la chaleur d’une autre personne ».

Mise au service de la thérapie, elle permet d’accéder à des ressources inconscientes, dans le psychisme du patient, qui lui seront utiles afin de mettre en place de nouvelles stratégies d’adaptation à l’environnement.

Ce voyage vers l’inconscient suppose un état de détente physique et psychique, assez profond, qui contribue à faire en sorte que le psychisme « se mette au repos » dans une position proche de celle du sommeil (même si le sujet ne dort pas). La fonction logique de l’esprit laisse alors sa place à la fonction imaginative.

Ce phénomène, central en hypnose, est également naturel et inhérent à la nature humaine : il est en effet fréquent de vivre dans notre vie quotidienne, des expériences au cours desquelles les liens de la conscience « classique » se relâchent et laissent place à un état différent, dans lequel nos filtres habituels n’agissent plus.

L’état amplifié de conscience, appelé transe hypnotique, permet d’accéder à un flux créatif, dépassant les limites habituelles et ouvrant le champ des possibles vers des solutions nouvelles pour faire face aux défis de la vie quotidienne. Pour Stephan Gilligan, disciple de Milton Erickson et créateur de l’hypnose générative, avec la transe : « il n’est pas question de s’endormir mais plutôt de s’éveiller vers un type de conscience créatrice plus profonde ».

Pour atteindre cet état différent, pour entrer en transe, l’accompagnant s’appuie sur des techniques d’induction qui permettent de guider le sujet et d’accueillir le travail imaginatif et créatif inconscient. Au cours de la séance, le travail thérapeutique est guidé par le thérapeute, à l’aide de suggestions, en fonction des demandes du patient ainsi que des problématiques identifiées.

La suggestion est un message dont la construction a pour vocation et pour effet d’influencer l’interlocuteur au niveau de sa pensée, de ses émotions, de ses sensations, de ses motivations et comportements. Elle s’appuie sur tous les canaux de communication et peut prendre une forme verbale ou paraverbale.

En hypnose classique, la suggestion est formulée de manière directe – afin d’orienter le patient dans la direction souhaitée par le praticien. En hypnose ericksonienne, la suggestion est exprimée de manière indirecte, afin de faire alliance avec les ressources inconscientes de la personne accompagnée.

Au-delà des techniques hypnotiques utilisées, au-delà même de la transe, l’approche de Milton H. Erickson est une pratique sur-mesure, dédiée et correspondant aux besoins spécifiques du client singulier. Dans cette optique, elle est résolument tournée vers les processus. Elle vise ainsi à déterminer les processus psychologiques du patient, en s’appuyant sur ses limites et ressources internes afin de définir les processus thérapeutiques de guérison et de transformation qui permettront la (re)mise en mouvement.

Dans cette perspective d’approche singulière, il est à noter que les champs d’application de l’hypnose sont nombreux, à l’image des situations et expériences de vie. Elle représente notamment un outil utile, précieux et efficace dans les domaines suivants :

  • amélioration des potentiels : renforcement de l’énergie et des performances physiques, développement de la concentration, facilitation des apprentissages, de la mémoire, gestion du stress et des émotions, augmentation de la motivation,

  • accompagnement des troubles psychosomatiques : migraines, crises d’asthme, problèmes de peau, troubles liés au plaisir, à la sexualité, bégaiements, …

  • gestion des douleurs (chroniques, aigues, post-intervention, …) et travail sur les compétences psycho-motrices (rapport au corps, au temps, à l’espace)

  • troubles du sommeil, du rythme cardiaque, de la respiration.

  • accompagnement des différentes pathologies psychologiques : troubles névrotiques spécifiques, angoisses, troubles du comportement alimentaire, état dépressif, dépendances, …

Au regard des nombreuses indications relatives à l’usage de l’hypnose dans le domaine de l’accompagnent ainsi que techniques utilisées et de leurs incidences sur les patients, la pratique de l’hypnose nécessite tout à la fois d’avoir suivi une formation sérieuse (en hypnose proprement dite, mais également en psychothérapie, psychologie, psychopathologie), une éthique ainsi qu’un cadre déontologique rigoureux.

L’HYPNOSE ERICKSONIENNE EN PRATIQUE

LA SÉANCE DE THÉRAPIE

L’hypnose, en qualité d’outil au service de la thérapie, s’inscrit dans une démarche d’accompagnement, de prise en charge du patient, dont les étapes pourraient être résumées de la façon suivante :

  1. Prise en compte du modèle du thérapeute

  2. Mise en place d’un dispositif d’accompagnement

  3. Recueil de l’information venant du patient

  4. Élaboration d’un diagnostic ainsi que d’une stratégie d’intervention

  5. Intervention thérapeutique

  6. Évaluation et ajustement potentiel

Dans le cadre du processus général de conduite d’une séance d’accompagnement, l’hypnose thérapeutique est utilisée de manière spécifique comme outil stratégique d’intervention.

LA SÉANCE D’HYPNOSE

Il est également possible de détailler la structure d’une séance d’hypnose en tant que telle en proposant les étapes indicatives suivantes :

  1. Définition d’un objectif d’intervention en synergie avec l’objectif de la séance et de la thérapie.

  2. Pré talk : étape au cours de laquelle il est permis d’expliquer le fonctionnement de l’hypnose, parfois de rassurer le patient, de préciser les modalités et également de commencer la séance proprement dite à l’aide de premières suggestions. Cette étape importante donne également l’occasion de créer l’alliance thérapeutique avec le patient.

  3. Induction : technique permettant l’entrée en transe ; la technique utilisée doit être adaptée au processus du patient.

  4. Approfondissement : il s’agit ici d’atteindre un niveau de transe qui soit suffisant pour travailler et d’installer l’état hypnotique.

  5. Vérification de la profondeur de la transe, notamment par des signaux idéomoteurs.

  6. Ancrage d’un lieu de sérénité

  7. Travail thérapeutique : cœur de l’intervention ! pour Milton H. Erickson, le travail se fait au plus près du patient, en prenant en compte ses processus singuliers. Ce travail peut notamment être mené à l’aide de suggestions, de métaphores, de visualisation , de régression, de projection …

  8. Suggestions post-hypnotiques : permettent de prolonger le processus thérapeutique au-delà de la séance

  9. Sortie de transe : différentes techniques existent qui doivent être harmonisées avec le contenu de la séance

  10. Bilan de la séance