Le trouble obsessionnel compulsif est-il génétique ?


Le génome humain ayant finalement été cartographié, la recherche est lancée pour les gènes qui nous poussent à développer des maladies, y compris le trouble obsessionnel-compulsif (TOC). Bien qu'il soit clair que le TOC a une base génétique, il n'est pas encore clair quels gènes peuvent être importants et dans quelles circonstances. 1


Gènes et maladie


Avant de discuter de l'existence d'une base génétique pour le TOC, passons en revue certains concepts génétiques de base et leur lien avec la maladie.


Les gènes agissent comme le modèle du corps pour fabriquer différentes protéines. Ces protéines sont utilisées pour fabriquer un nombre énorme de tissus et de produits biochimiques. Fait intéressant, différentes personnes peuvent avoir différentes versions d'un gène donné. Ces différentes versions sont parfois appelées allèles.


Alors que certaines maladies comme la mucoviscidose seraient causées par un gène spécifique, la plupart des maladies, y compris les maladies mentales comme le TOC, seraient causées par une combinaison de nombreux gènes différents. 1 Dans ces cas, votre vulnérabilité à une maladie donnée dépend des différentes versions ou allèles des gènes hérités de vos parents et de quelle combinaison.


L'environnement joue un grand rôle dans le développement des maladies


Cependant, il est important de réaliser que l'environnement a une très forte influence sur la capacité d'une vulnérabilité génétique particulière à s'exprimer sous la forme d'une maladie. Par exemple, une personne génétiquement vulnérable au cancer du poumon ne peut développer la maladie que si elle fume des cigarettes ou si elle est exposée à une forte pollution environnementale. Dans un autre cas, une personne vulnérable à la dépression peut ne jamais devenir déprimée si elle ne rencontre jamais un facteur de stress suffisamment grave.


Bien que nous entendions souvent parler du débat « nature contre culture », la plupart des experts reconnaissent maintenant que c'est l' interaction entre nos gènes et l'environnement qui détermine si nous développons une maladie. En effet, on dit souvent que pendant que nos gènes « chargent le pistolet », c'est l'environnement qui « appuie sur la gâchette ».


La génétique du TOC


Des recherches utilisant des jumeaux identiques et des proches de personnes atteintes de TOC suggèrent que le plus grand facteur de risque pour une personne de développer un TOC est génétique, le risque restant étant déterminé par l'environnement. 1 Compte tenu de cela, les chercheurs ont recherché les gènes spécifiques qui créent un risque de développer un TOC.


Bien qu'il ne semble pas y avoir de « gène TOC » spécifique, il existe des preuves que des versions ou des allèles particuliers de certains gènes peuvent signaler une plus grande vulnérabilité.

Par exemple, il existe des preuves préliminaires que le fait d'avoir des versions ou des allèles particuliers de gènes contrôlant la fabrication de la sérotonine (une substance neurochimique qui peut être importante pour le TOC), un facteur neurotrophique dérivé du cerveau (une substance chimique qui joue un rôle important dans le contrôle du développement de la cerveau) et le glutamate (un autre neurochimique dans le cerveau qui pourrait être important pour le TOC) peuvent refléter une sorte de vulnérabilité au développement du TOC. Cela dit, il est loin d'être clair comment ces gènes influencent le développement du TOC, et il reste encore beaucoup de recherches à faire.


La vulnérabilité génétique signifie peu sans environnement


En outre, il est important de garder à l'esprit que ces vulnérabilités génétiques (et d'autres encore non découvertes) peuvent n'être pertinentes que dans les bonnes conditions environnementales. Par exemple, le TOC est associé à des facteurs de risque prénatals, tels qu'une prise de poids excessive pendant la grossesse et un travail difficile, ainsi qu'à des facteurs de stress de la vie, tels que des abus émotionnels ou physiques importants. 2 En tant que tel, une personne peut ne pas développer de TOC à moins de posséder la bonne vulnérabilité génétique dans les bonnes (ou mauvaises, peut-être) circonstances.


Le TOC est une maladie très complexe. Il est très peu probable qu'un seul gène sur les quelque 30 000 que nous possédons puisse jamais être responsable de la génération des obsessions et des compulsions complexes qui sont caractéristiques du TOC. Il est beaucoup plus probable que le TOC soit le résultat de l'interaction de nombreux gènes différents pour créer une vulnérabilité accrue.


Les études sur la génétique du TOC se concentrent actuellement sur les différences génétiques qui pourraient expliquer les différents sous - types de symptômes du TOC qui existent. Une telle recherche pourrait être utile pour développer des traitements capables de cibler des symptômes spécifiques avec une plus grande efficacité qu'il n'est actuellement possible.


Par Owen Kelly, PhD


Source: https://www.verywellmind.com/ocd-and-genetics-2510481

14 vues0 commentaire